Abdoul Mbaye: “ Pourquoi j’ai décidé de voter “Non” au référendum ”

Parce que la Constitution de mon pays ne mérite pas d’être modifiée une énième fois, dans la précipitation, en cours de période de révision des listes électorales, avec une procédure budgétaire d’exception, et sans délai suffisant pour permettre d’en expliquer les raisons au peuple souverain appelé à s’exprimer.
Aussi parce qu’il faut faire prendre conscience à nos dirigeants politiques d’aujourd’hui et de demain le respect qu’ils doivent à notre loi fondamentale.
Le 16 mars 2012, pendant l’entre-deux tours, le candidat Macky Sall, arrivé en deuxième position derrière le Président-sortant avec 26,58 % des voix, a fait au peuple sénégalais une promesse inédite dans l’histoire politique des nations : celle de réduire la durée du mandat présidentiel et de l’appliquer à son propre mandat, s’il était élu. La fierté s’est ajoutée aux raisons de mon choix de le soutenir. Cette promesse a, sans aucun doute, fait basculer les votes de nombreux sénégalais en sa faveur. Il remporta largement l’élection présidentielle, ralliant la totalité des électeurs des candidats éliminés au premier tour.
Cette promesse de candidat est devenue un engagement de Chef d’Etat réaffirmé à plusieurs reprises, devant les Sénégalais, lors d’une interview dans un média international et devant d’éminents dirigeants de pays partenaires du Sénégal.
Malheureusement, cet engagement qui recueille l’assentiment de nombreux citoyens et partis politiques, et qui aurait pu être mis en œuvre sans tarder dès après l’élection présidentielle, a été passé aux oubliettes pendant quatre ans.
C’est seulement le 31 décembre 2015, que le Président Macky Sall a décidé, conformément à l’article 27 de la Constitution, de soumettre à un référendum la modification appropriée de la constitution et de recueillir au préalable sur le projet de réforme constitutionnelle « l’avis du Président de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel », conformément à l’article 51 de ladite constitution. Ledit projet de réforme constitutionnelle comporte 15 chapitres et 22 articles, mais le seul et unique point qui a focalisé l’attention de l’opinion nationale et internationale reste la réduction du mandat présidentiel et son application au mandat en cours du Président Macky Sall.


Share:

administrateur