senegal

Message aux compatriotes

Il y a dix jours, mes compagnons et moi procédions au lancement de notre Parti, l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (A.C.T). A cette occasion, je vous ai adressé une lettre, somme de notre diagnostic du mal sénégalais et des voies et moyens pour le guérir ; et surtout de notre ambition de bâtir un Sénégal grand et respecté.

Les messages de soutien qui nous parviennent depuis ce jour de 14 mai témoignent de votre adhésion à notre diagnostic et à notre vision. Nous vous en remercions vivement.

Des voix provenant de nos adversaires et de leurs plumitifs zélés et souvent stipendiés se sont illustrées par leur maniement de l’insulte, de l’insanité et de la contre-vérité. En revanche, point de réfutation de notre description de la dégradation généralisée de l’état de notre cher pays.

Nous, à l’ACT, les attaques personnelles et les petites querelles ne font pas partie et ne feront jamais partie de notre registre, notre seule et unique bataille est celle que nous menons pour le Sénégal et les Sénégalais. Rien et personne ne nous détournera de cette voie ; ni les insultes, ni les insulteurs.

En revanche, nous ne laisserons pas de répit à ceux qui ont trompé et continuent à tromper les Sénégalais en reniant toutes leurs promesses de 2012, promesses de ruptures qui devaient engager le Sénégal dans une voie nouvelle et auxquelles nous avons cru.

  1. L’alternance politique promise cède la place à la restauration de tout ce que les Sénégalais avaient rejeté en 2012 comme pratiques et comme hommes et femmes;
  2. « La patrie avant le parti » a été reniée au profit d’une administration, d’un secteur parapublic et d’une diplomatie devenus repaires de militants ;
  3. Les cinq ans de mandat sont passés à sept par un tour de passe-passe et un referendum non indispensable mais occasion de dépenser des milliards dans le cadre de marchés passés de gré à gré ;
  4. Le « règne d’un clan » est de nouveau présent;
  5. La reddition des comptes se limite aujourd’hui à une personne emprisonnée ;
  6. Les scandales d’argent se multiplient, et le dernier en date est celui qui indemnise à concurrence de 12 milliards fcfa, sans aucune base légale ou arbitrale connue, un prestataire choisi parmi les amis les plus proches dont le service retenu dans le cadre d’une procédure dérogatoire a été reconnu comme désastreux pour le tourisme du Sénégal en terme de devises et d’emplois perdus, etc.

Trompés, vous êtes nombreux à l’avoir été, notamment vous les électeurs du second tour de l’élection présidentielle de 2012, et vous militants de l’APR qui y avez sincèrement cru. L’ACT entend vous redonner espoir.

Debout, Patriotes !
Rejoignez-nous !
Pour un Sénégal grand et respecté !

Abdoul Mbaye
Président de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail
www.act-senegal.com

 

Version PDF


Share:

administrateur