COMMUNIQUE DU CONSEIL NATIONAL DE L’ALLIANCE POUR LA CITOYENNETE ET LE TRAVAIL

Le Conseil National (CN) de l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) s’est réuni ce samedi 24 octobre 2020 sous la présidence du compagnon Abdoul Mbaye.Sur le plan national, le CN s’est d’emblée appesanti sur la question de la récurrence des inondations pour regretter l’abandon par le gouvernement du Programme Décennal de Lutte contre les Inondations (PDLI) conçu en 2012 pour apporter des solutions pérennes à la problématique des inondations récurrentes et constantes dont les villes sénégalaises font l’objet. Les réalisations de la phase d’urgence du PDLI donnèrent des résultats immédiats, mais son abandon a été lourd de conséquences à la faveur de pluies exceptionnelles survenues en 2020. Le CN s’est indigné du peu de souci que le Gouvernement de Macky Sall accorde à la solution des problèmes vécus par les populations sénégalaises et en particulier les plus démunies. Abordant la question de la situation économique, le CN retient conformément à ses alertes, que le Sénégal se dirige vers une récession aggravée par la pandémie de la Covid. À ce titre, il exhorte le gouvernement à prendre la mesure de l’ampleur de cette crise et de ses conséquences afin d’y apporter les mesures idoines pour une véritable relance. Il lui demande notamment de d’abord consolider l’existant comme préalable à une relance qui ne serait pas qu’un autre slogan agité. Dès lors, et au regard des nombreuses entreprises en difficulté et/ou en situation de faillite, la priorité doit aller à la consolidation des fondamentaux. Par ailleurs, le CN a souligné la nécessité pour l’Etat d’aider les entreprises en grande difficulté à l’instar de celles du secteur du tourisme. Ainsi, le CN a tenu à appeler le gouvernement au respect des engagements pris en termes de fiscalité, d’aide aux entreprises en trésorerie et autrement pour assurer la préservation d’un tissu économique déjà fragilisé par la baisse de la demande publique et l’existence de créances importantes sur l’Etat. Toujours dans le chapitre économique, Le CN a par ailleurs attiré l’attention du gouvernement sur la nécessité d’engager en urgence un processus de baisse des coûts des facteurs, et en tout premier lieu de l’énergie. Le prix élevé de l’électricité demeure un obstacle majeur à toute relance économique, et reste justifié par la gestion gabégique inacceptable de ce secteur. Après les scandales Akilee et Excellec, le CN s’alarme de l’absence de mesures de correction véritables et de la poursuite d’attitudes de prédation. Il s’est en effet étonné de la présence de personnes peu recommandables et déjà présentes dans de nombreux scandales à la faveur de la signature d’un contrat liant Senelec et la société West African Energy. Au nombre des fondamentaux à établir pour assurer une relance digne de ce nom figurent en bonne place une vraie lutte contre la corruption petite et grande qui décourage l’investissement, ainsi qu’un accès au crédit plus aisé et à des aides de l’Etat décidé non pas en fonction d’une proximité à l’égard du pouvoir mais selon la faisabilité des projets concernés. Enfin, le CN s’est félicité de la nouvelle importance donnée au recours à des PPP (partenariat public privé) telle que préconisée par l’ACT lors de son Congrès de septembre 2018. Il réclame toutefois que ce recours aux PPP se fasse dans un environnement transparent, éthique, non opaque et non corruptogène. Le PPP ne doit en effet être au service de projets immobiliers basés sur la violation de la loi relative à la cession des terrains bâtis de l’Etat comme cela est déjà le cas. Abordant la question du fonctionnement de la justice, le CN rappelle la nécessité et le rôle central d’une justice indépendante dans le fonctionnement de notre démocratie et de notre économie. Il renouvelle son soutien au président de l’UMS Monsieur Souleymane Téliko et Il tient à dénoncer toute attitude d’intimidation de magistrats, notamment les sanctions par mutation illégale sanctionnant des magistrats pour non-exécution d’injonctions venues de l’exécutif. A la réception d’informations portant sur le scandale Sall-Frank Timis, le CN a vivement regretté l’attitude du Parquet refusant de donner suite à la plainte pour faux et usage de faux initiée par le CRD et portée par le député Mamadou Lamine Diallo et le compagnon Abdoul Mbaye. Sur le chapitre agricole, malgré une mauvaise préparation de la campagne agricole dont on ne sait toujours pas comment les 60 milliards fcfa annoncés par le Président Macky Sall ont été utilisés, le CN se réjouit du fait que les paysans ont donné une préférence à la culture vivrière conformément aux recommandations de l’ACT. Sur la question des élections locales, le CN regrette et condamne tout non-respect du calendrier républicain. Il exhorte les citoyens à ne pas accepter une fixation par le chef de l’APR des dates d’élections en fonction de ses calculs politiciens. Ces derniers ont déjà cours au regard des centaines de milliards de FCFA annoncés comme destinés aux communes en début de semaine. Par ailleurs, il encourage vivement les jeunes á s’inscrire massivement sur les listes électorales afin de ne pas être spectateurs de la désignation et donc de l’élection d’élus sans conscience citoyenne. Évoquant le point sur la situation internationale et africaine, le CN a relevé l’apparition simultanée dans plusieurs pays de la sous-région de vives tensions politiques et sociales essentiellement liées à la problématique du troisième mandat, aux questions de mal gouvernance et d’injustice. Le CN condamne vigoureusement toute tentative d’effectuer un 3ème mandat, et considère semblable intrigue politique comme équivalent à un coup d’état constitutionnel. Apportant son soutien aux luttes populaires contre de tels projets, il appelle les universités nationales, celles des pays de la sous-région et celles internationales à un devoir d’analyse systématique afin d’éclairer le monde sur la vraie nature de régimes osant se présenter comme des démocraties. Par ailleurs il appartient aux organisations supranationales de prévoir des mécanismes visant la restauration de l’état de droit lorsque des coups d’état constitutionnel sont identifiés. Le CN a vivement déploré les morts par balles réelles tirées par les forces de l’ordre ou les militaires réquisitionnés au Mail, au Nigéria, en Côte d’Ivoire et en Guinée. Il retient que de tels faits doivent systématiquement et immédiatement donner lieu à l’ouverture de procédures par la CPI. Abordant la lancinante question de l’immigration clandestine, le CN attire l’attention des autorités sur une jeunesse aujourd’hui en situation de désespoir extrême. Il est plus qu’urgent de lui offrir des perspectives d’espoir afin d’éviter toute déflagration qui pourrait ressembler à celles constatées dans le voisinage du Sénégal. Le CN a retenu que les propos xénophobes et faisant l’apologie de la violence ethnique comme moyen d’assurer le contrôle politique de la Présidence de la République tenus par le député Aliou Demberou Sow sont d’une extrême gravité. Le CN a par conséquent regretté leur condamnation molle par son parti et l’absence de réaction forte venue du Président de la République. L’ACT condamne vigoureusement de tels propos totalement irresponsables. Le CN a enfin interpellé le gouvernement sur l’attention qu’il convient de donner à tous les paramètres devant permettre une reprise normale des enseignements après les perturbations nées de la crise de la Covid-19. Concernant la question des différends relevés parfois entre parents d’élèves et certains établissements privés liés au paiement des frais de scolarité, le CN demande à l’état d’y apporter une réponse uniforme consistant également à considérer les établissements d’enseignement comme des entreprises à aider sans que cela ne soit mis à la charge des parents d’élèves. Le CN a été informé du changement de l’adresse du siège du parti suite au terme du bail précédent. Il s’est en outre réjoui de l’ouverture de permanences à Kaolack et à Casablanca (Maroc).

Dakar le 24 Octobre 2020

Le Conseil National de l’ACT


Was This Post Helpful:

0 votes, 0 avg. rating

Share:

administrateur